FRÈRE BERNARD-MARIE : BIOGRAPHIE

frère Bernard-MarieAprès avoir exercé son ministère sacerdotal en Dordogne, Bernard Cerles est entré chez les franciscains conventuels en 1998.

 

Après un an de formation au sanctuaire de Padoue, il rejoint la communauté de Tarbes puis celle de Narbonne où il vit aujourd’hui avec trois autres frères. A Brive, le 13 juin 2004, il prêche le pèlerinage au sanctuaire des grottes de saint Antoine.

SI TU CHERCHES...
SAINT ANTOINE DE PADOUE

Quel est l’intérêt de cette évocation pour nous ? En faisant connaissance avec Antoine, nous découvrons un témoin qui, à travers les épreuves et le parcours à première vue un peu fantaisiste de sa vie, a su y trouver l’appel de Dieu.

Chargé du bureau des objets perdus au paradis, on pourrait penser qu’Antoine de Padoue eut une existence organisée et méticuleuse. Il n’en est rien !Sans cesse poussé plus loin par des événements qui bouleversent ses projets, ses pas le conduiront de son Portugal natal jusqu’à la ville de Padoue dont il porte le nom.Parcourant des distances incroyables à travers le sud de la France et le nord de l’Italie, il chemine en cherchant sa route, jamais arrivé à destination : une véritable aventure.Son expérience rejoint la nôtre : sa quête est celle du bonheur, le sien et celui des autres.Les deux premiers mots de l’hymne grégorienne composée en son honneur résument à merveille sa vie courte mais riche de découvertes spirituelles : «Si tu cherches…»

 

La courte vie de Saint Antoine fut loin d’être un «long fleuve tranquille».  Pourtant, chacune de ses étapes fut pour lui une occasion de rebondir dans l’amour de Dieu et de ses frères, et de s’approcher davantage du but qu’il s’était fixé : voir Dieu.Alors que souvent nous voudrions être arrivés au but, Antoine, lui, du Portugal à Padoue, en passant par Brive, a vécu la foi, non comme une sécurité, mais comme un itinéraire, une marche, un pèlerinage.Nous lui demandons ce qui nous tient à coeur, ce qui nous semble important. En retour, il nous demande de marcher avec lui, pour trouver dans notre propre existence, l’énergie nécessaire, celle de la foi.

 

A travers les épreuves que nous venons déposer à ses pieds, il nous invite à retrouver le trésor de l’espérance, si souvent perdu, et le courage de persévérer.Faisons mémoire à présent des principales étapes de sa vie. Celle-ci commence pour lui non pas en Italie, mais à Lisbonne, au Portugal. Il y est né vers 1195 et reçoit comme prénom «Fernand» ce qui signifie «l’homme qui combat pour la paix». Souvent un prénom c’est déjà une vocation… et combien ce fut vrai pour Antoine.