Le saviez-vous? Jésus aussi a discerné sa vocation !

Aujourd’hui, nous célébrons le 4e Dimanche de Pâques. Ce dimanche est aussi connu sous le vocable du dimanche du Bon Pasteur. Les lectures que nous avons écoutées nous révèlent l’identité messianique de Jésus :

« Moi, je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent […] et je donne ma vie pour mes brebis. » (Jn 10).

Oui, Jésus donne librement sa vie pour nous sauver (voir ici et là). Les prêtres sont plus particulièrement appelés à ce don total de soi car ils sont configurés au Christ par le sacrement de l’ordre. C’est pourquoi le dimanche du Bon Pasteur marque aussi la Journée de prière mondiale pour les vocations. C’est sur ce thème que nous voulons réfléchir aujourd’hui à partir du message publié par le Pape François à cette occasion. Tout d’abord, il rappelle qu’au « centre de notre vie, il y a l’appel à la joie » et que « notre vie et notre présence dans le monde sont fruits d’une vocation divine. […] Il s’agit d’écouter, de discerner et de vivre cette Parole qui nous appelle et qui, tandis qu’elle nous permet de faire fructifier nos talents, […] nous oriente vers la plénitude du bonheur. ». Trois aspects donc qui vont être au cœur du message du Saint Père.
Écouter
Le Pape François relève d’abord que l’appel du Seigneur est souvent discret. Il est donc important d’être attentif à son passage dans notre vie. Comme le dit le Saint Père, « il convient se préparer à une écoute profonde de sa Parole et de la vie, à prêter aussi attention aux détails de notre quotidien, à apprendre à lire les événements avec les yeux de la foi, et à se maintenir ouverts aux surprises de l’Esprit. ». Comme Jésus l’a fait lui-même dans sa vie :

« Jésus aussi a été appelé et envoyé ; pour cela, il a eu besoin de se recueillir dans le silence, il a écouté et lu la Parole dans la Synagogue et, avec la lumière et la force de l’Esprit Saint, il en a dévoilé la pleine signification, référée à sa personne-même et à l’histoire du peuple d’Israël. ».

Discerner
Le Pape François explique ensuite que « chacun de nous ne peut découvrir sa propre vocation qu’à travers le discernement spirituel, un processus qui permet d’effectuer des choix fondamentaux pour sa vie, en dialoguant avec le Seigneur et en écoutant la voix de l’Esprit. ». Jésus aussi a fait cette démarche :

« En lisant, dans la synagogue de Nazareth, le passage du prophète Isaïe, Jésus discerne le contenu de la mission pour laquelle il a été envoyé et il le présente à ceux qui attendaient le Messie : « L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés, annoncer une année favorable accordée par le Seigneur » (Lc 4, 18-19). ».

Aujourd’hui aussi, nous devons apprendre à « développer notre capacité à “lire à l’intérieur” de notre vie et à saisir où et à quoi le Seigneur l’appelle pour continuer sa mission. ».
Vivre

« Vraiment « aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre » (Lc 4, 20), affirme Jésus dans la synagogue de Nazareth. ».

Pour le Pape, cela signifie que : « la joie de l’Évangile ne peut attendre nos lenteurs et nos paresses ; elle ne nous touche pas si nous restons accoudés à la fenêtre, avec l’excuse de toujours attendre un temps propice ; elle ne s’accomplit pas non plus pour nous si nous n’assumons pas aujourd’hui même le risque d’un choix. La vocation est aujourd’hui ! La mission chrétienne est pour le présent ! Et chacun de nous est appelé – à la vie laïque dans le mariage, à la vie sacerdotale dans le ministère ordonné, ou à la vie de consécration spéciale – pour devenir témoin du Seigneur, ici et maintenant. ».
En guise de conclusion, nous laissons le Pape François t’adresser un appel, à toi, cher lecteur, qui que tu sois et où que tu en sois dans ta vie :

« Le Seigneur appelle encore à vivre avec lui et à marcher derrière lui dans une relation de proximité particulière, à son service direct. Et s’il nous fait comprendre qu’il nous appelle à nous consacrer totalement à son Royaume, nous ne devons pas avoir peur ! C’est beau – et c’est une grande grâce – d’être entièrement et pour toujours consacrés à Dieu et au service des frères.Le Seigneur continue aujourd’hui à appeler à le suivre. Nous ne devons pas attendre d’être parfaits pour répondre notre généreux “me voici”, ni nous effrayer de nos limites et de nos péchés, mais accueillir avec un cœur ouvert la voix du Seigneur. L’écouter, discerner notre mission personnelle dans l’Église et dans le monde, et enfin la vivre dans l’aujourd’hui que Dieu nous donne. ».

Oui, Jésus lui-même a discerné sa vocation et l’a vécue. Et nous?
En complément, vous pouvez aussi trouver une belle méditation de Mgr. Follo sur le Bon Pasteur ici.

Partager :

WordPress:
J’aime chargement…

Sur le même thème



Source: Vocation Franciscaine